(Photo: T.Andriantsoa/PNUD)

Si la région sud de Madagascar est habituée aux grosses chaleurs et à la sécheresse, ces dernières années se sont avérées particulièrement destructrices, et la famine ou « kere » gangrène cette région. L’une des principales causes de cette intensification est le changement climatique.

Native de la Région Anôsy, Rosine est consciente de la situation mais n’avait aucune explication ni solution. Dans sa commune, la sècheresse et la diminution des précipitations pluviale sont encore considérées comme la volonté divine et non comme des effets du changement climatique.

Une femme unique avec une voix rauque, elle est une mobilisatrice dans l’âme. Les autorités de la commune de Sampona où elle réside l’a sélectionnée, en accord avec sa communauté, pour être formée en tant qu’animatrice relai. Cette dernière a pour rôle d’informer et de sensibiliser les habitants sur le changement climatique qui est encore mal connu.

(Photo: T.Andriantsoa/PNUD)

« Moi-même je ne savais pas ce que c’était le changement climatique. La formation dispensée par le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et le PNUD m’a permis de connaître les causes  ainsi que les techniques  d’adaptation et d’atténuation à adopter. Nous avons reçu la formation avec les Maires et les Chefs Fokontany. Maintenant,  nous nous  organisons avec eux pour sensibiliser les gens au reboisement et à ces techniques d’adaptation et d’atténuation ». 

Aussi, ces animateurs relais ont été formés en 2020 sur les approches de communication pour le développement dont l’organisation de visites à domicile (VAD), la tenue de dialogues communautaires, de carnavals, de « vakodrazana » ou chants traditionnels, la création de groupes d’écoute de radio etc. pour faire passer les messages d’information et de sensibilisation sur les enjeux d’agir pour le climat.

Depuis la reprise progressive des activités quotidiennes après le confinement dues à la Covid-19, Rosine et ses compères Monja, agriculteur et père de famille, ainsi que Manjoandraza, une grand-mère et doyenne respectée de son village, ont sensibilisé 236 personnes et visité 46 ménages de 3 fokontany de leurs communes.

En tout, 91 animateurs relais dont 59 hommes et 32 femmes ont été formés dans les régions Analamanga, Atsinanana, Anosy, Atsimo Andrefana et Androy. Ils ont été équipés par des outils de communication (affiches, bâches, radio solaire…) ainsi que des vélos pour leur permettre de parcourir plusieurs villages et sensibiliser leur communauté vulnérable à lutter contre les changements climatiques.

(Photo: T.Andriantsoa/PNUD)
Icon of SDG 05 Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Madagascar 
Aller à PNUD Global