Mme Rindra Rabarinirinarison, Secrétaire Générale du Ministère de l'Economie et des Finances et Mme Natasha van Rijn, Représentante Résidente du PNUD ont présidé la cérémonie d'ouverture de l'atelier de revue annuelle 2020 et de planification stratégique 2021 des programmes du PNUD

(Liste protocolaire)

Mesdames et Messieurs,

C’est un honneur pour moi de me retrouver avec vous pour cet atelier organisé avec le leadership du Ministère de l’Économie et des Finances pour la revue annuelle des programmes soutenus par le PNUD au titre de l’année 2020 et de planification des projets et programmes pour 2021.

C’est d’autant plus un grand plaisir de faire ce discours en tant que nouvelle Représentante Résidente du PNUD à Madagascar ayant pris fonction à Madagascar en octobre 2020. J’ai commencé à apprécier Madagascar pour l’importance de ses potentialités. Je viens de l’Australie, un pays reconnu pour sa diversité environnementale, mais à Madagascar, la richesse de la biodiversité, la jeunesse de la population, l’implication de vous qui représentez aujourd’hui les acteurs de développement, constituent des éléments clés à valoriser pour changer positivement la trajectoire économique de Madagascar. 

Mardi dernier, j’ai remis au Chef de la diplomatie malagasy, le Ministre des Affaires Étrangères, Dr Djacoba Oliva, mes lettres de cabinet m’accréditant à Madagascar et j’ai d’ailleurs partagé avec lui mon impatience de m’impliquer dans les actions de développement à Madagascar. Vous appréhendez ainsi mon enthousiasme de saisir l’opportunité de cet atelier pour mieux appréhender avec vous la portée des réalisations conjointes du PNUD et de la partie nationale malagasy d’une part et de définir ensemble avec vous les orientations de nos programmes pour toujours gagner en impacts. 

Vous savez tous l’attachement du PNUD à la gestion axée sur les résultats. Nous tenons à ce sens au suivi, à l’auto-évaluation et à l’évaluation de nos appuis, à la mesure d’efficacité et à l’efficience de nos initiatives. Les actions que nous avons soutenues ou menées conjointement ont-elles contribué à renforcer véritablement les capacités des institutions publiques, nos partenaires dans l’exercice de leurs mandats ? à faire avancer Madagascar et la population malagasy sur le chemin du développement durable pour atteindre d’ici 2030 les 17 objectifs de développement durable ?

Sur la base des leçons apprises et des expériences de développement et de nos ambitions de changement, qu’est-ce que nous pouvons encore faire en mieux l’année prochaine et dans le prochain cycle programmatique en matière de promotion de la gouvernance démocratique, de la croissance inclusive, du renforcement de la résilience nationale et communautaire, ou encore en matière environnementale et d’adaptation au changement climatique en tenant compte des priorités nationales et du mandat du PNUD. 

Ceci consolide tout l’enjeu de notre travail de ces deux prochains jours.

Mesdames et Messieurs

Chers collègues,

Vous convenez avec moi que cette année 2020 est une « année complexe ». Ensemble nous avons été éprouvés par la pandémie de COVID-19 alors que nous aurions dû terminer le cycle de programmation des agences du Système des Nations Unies dont le nôtre au PNUD et capitaliser les acquis. Nos prochains défis s’articulent sur comment rattraper ce retard, de remettre sur les rails le train du développement, renforcer les efforts pour atteindre les objectifs de développement durable dans un contexte non seulement de relèvement post-pandémique mais aussi d’adaptation à la présence même de la COVID-19.

A cet effet, je voudrai saluer en particulier les participants qui nous joignent en ligne pour cet atelier. La présence de la COVID-19 nous a appris à exploiter davantage nos ressources dont les atouts de la technologie, et aujourd’hui nos collègues et partenaires de l’Androy ou ceux retenus par des missions ou réunions ont toujours leur voix dans ce cadre d’échange. 

J’encourage la complémentarité entre les projets et avec les autres interventions des autres acteurs, que les initiatives que nous entreprendrons ensemble restent focalisés et stratégiques en mettant les populations vulnérables au centre des préoccupations. 

Beaucoup de Malagasy attendent des impacts de nos travaux et espèrent que les discours et les écrits se traduisent enfin en réalité. Ils ont soif du changement, ils ont besoin de coup de pouce, d’orientation, de conseil, d’accompagnement et de soutien pour pouvoir améliorer leur vie et renforcer leur résilience aux différents chocs. Nous espérons que les projets que nous voulons mener avec le gouvernement puissent avoir un réel impact dans leur vie.

Pour conclure

Je tiens à saluer le travail accompli ces dernières années avec mon prédécesseur Marie Dimond, qui a terminé son mandat en octobre dernier, j’ai confiance que nous saurons capitaliser les acquis et raffermir le partenariat du PNUD et de l’État Malagasy à travers les initiatives que nous soutenons auprès des ministères et institutions ou celles menées avec vous de la société civile. 

Enfin, au nom du PNUD, je tiens à réitérer mes reconnaissances à chacun de vous et à vos institutions respectives pour avoir répondu présents à cet atelier. Je reste convaincue que nous pouvons compter sur votre disponibilité, votre engagement et votre compétence pour faire en sorte que la présence du PNUD à Madagascar soit une réelle valeur ajoutée aux efforts de développement. 

Mesdames et Messieurs

Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Madagascar 
Aller à PNUD Global