Cérémonie d'ouverture de l'atelier de renforcement de capacité des magistrats et greffiers du PAC de Mahajanga par la Coordonnatrice nationale du PAC, Ratiarisoa Harimahefa et le Directeur Général de l’École Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) Ramarolahihaingonirainy Anthony en présence de la Présidente du CSI et des directeurs généraux du BIANCO et du SAMIFIN.

Les renforcements de capacités pour les magistrats et les greffiers du Pôle Anti-Corruption (PAC) de Mahajanga ont été lancés ce lundi à l’Hôtel Coco Lodge par la Coordonnatrice nationale du PAC, Ratiarisoa Harimahefa et le Directeur Général de l’École Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) Ramarolahihaingonirainy Anthony en présence de la Présidente du CSI et des directeurs généraux du BIANCO et du SAMIFIN.   

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) avec le soutien financier du Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (UNPBF) appuie la tenue de ces renforcements de capacité prévus par la loi 2016-021 sur les Pôles anti-Corruption dès la prise de fonction des magistrats et des greffiers nommés. L’École Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) a assuré le développement du programme de formation en partenariat avec les institutions de lutte contre la corruption et en engageant la société civile dans les échanges et partages thématiques.  

Ces renforcements de capacité portent notamment sur des échanges sur la stratégie nationale de lutte contre la corruption 2015-2025 et les enjeux de la mise en place du PAC, et feront un rappel des principes de la Bonne Gouvernance, du Système National d’intégrité ainsi que du Système Anti-Corruption à Madagascar. La place de la société civile dans la lutte contre la corruption est également développée. Jusqu’au 6 novembre 2020, cette session de formation permettra aux magistrats et greffiers du nouveau PAC de Mahajanga d’échanger également avec les autres institutions de lutte contre la corruption, la Coordination Nationale du PAC et des magistrats du PAC d’Antananarivo sur le fonctionnement opérationnel des PAC dans le système judiciaire malagasy et des différentes procédures incombant à leur mandat, sur la politique pénale des PAC, les tenants et aboutissants de la criminalité transnationale organisée et le blanchiment des capitaux, des infractions économiques et financières, ainsi que sur la portée de la coopération internationale dans le traitement judiciaire de la lutte contre la grande corruption. 

L’appui du PNUD à l’opérationnalisation de ce deuxième Pôle Anti-Corruption mis en place à Madagascar s’inscrit dans son appui à la gouvernance démocratique soutenu par le Fonds des Nations Unies pour le Développement (UNPBF) dont l’objectif est de renforcer la confiance des citoyens envers les institutions publiques à travers un appui aux institutions de lutte contre la corruption et de redevabilité ainsi qu’à la création d’espaces de dialogue et d’accès à l’information. C’est dans ce cadre que le PNUD avec l’appui financier de UNPBF a remis vendredi dernier au PAC de Mahajanga des mobiliers pour la salle d’audience et les bureaux, des matériels informatiques, une moto et un véhicule 4x4 et a accompagné l’évaluation à mi-parcours de la stratégie nationale de lutte contre la corruption 2015-2025 à Madagascar. 

Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Madagascar 
Aller à PNUD Global