Discours de M. Zouhon Bi, Conseiller économique du PNUD aux Premières Assises Nationales du Barreau de Madagascar

27 août 2014

imageLe Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, la Ministre de la Justice Noeline Ramanantenasoa, le Conseiller Economique du PNUD, Simplice Zouhon Bi, représentant Mme Fatma Samoura, Représentante résidente du PNUD, le Conseil en Droits Humains du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l'Homme, Omer Kalameu, les anciens Batonniers du Barreau de Madagascar ont honoré de leur présence la cérémonie d'ouverture des Premières Assises Nationales des Avocats de Madagascar.

(liste protocolaire)


C’est un honneur pour moi de participer au nom de Mme Samoura, Représentante résidente du PNUD, à l’ouverture des assises du barreau de Madagascar dont le thème principal est « La crédibilité de la justice par les avocats pour un Etat de Droit efficient ». 

Les différentes thématiques que vous aborderez durant ces trois jours d’atelier qui porteront entre autre sur l’indépendance de la justice, l’état des lieux de la chaine pénale et de la lutte contre la corruption, la réforme du système pénale et le rôle de la défense, seront l’occasion pour vous, praticiens du Droit, acteurs importants du système judiciaire, de mener une réflexion sur l’état du système judiciaire malgache, ses forces et ses faiblesses ainsi que sur votre rôle en tant que défenseurs de la population en matière de justice.

Les études réalisées ces derniers mois sur demande du Ministère de la Justice et appuyées par le PNUD sur la chaine pénale et sur le dispositif anti-corruption ont identifié certains dysfonctionnements relatifs notamment au manque de confiance de bon nombre de citoyens malgaches envers la Justice, au faible accès de la population aux services de la justice et au recours à des mécanismes de justice parallèle dont la justice privée.

Il est aussi important de souligner que la justice est marquée dans beaucoup de pays en voie de développement dont Madagascar par une faible assistance judiciaire des justiciables. 

La restauration de la confiance en la justice ne pourrait donc se faire sans que le simple citoyen, qui souvent n’a pas connaissance de son fonctionnement, ne puisse bénéficier d’un accompagnement tout au long du processus pour lui permettre d’en appréhender la réalité.

En outre, la grande majorité de la population Malgache vivant actuellement dans une situation d’extrême pauvreté, il serait judicieux de proposer des mécanismes gratuits d’assistance judiciaire aux plus démunis.

Je suis convaincue que ces trois jours de réflexion et d'échanges vous amèneront à formuler des propositions et recommandations qui permettront au gouvernement de penser à une réforme du système judiciaire pouvant permettre à un plus grand nombre de justiciables d’accéder aux services de la justice et de pouvoir y recevoir toute l’assistance nécessaire.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Madame le Ministre de la Justice,

Mesdames, Messieurs les participants,

Ces assises interviennent à un moment crucial dans l’histoire de Madagascar où la mise en place progressive de nouvelles institutions issues d’élections démocratiques a mis fin à une  grave crise politique qui s’était traduite, entre autres choses, dans l’affaiblissement de l’Etat de Droit, l’augmentation des crimes et des cas de violations des Droits humains, l’accroissement de la corruption et par conséquent une certaine perte de confiance de la population dans le secteur judiciaire.

La restauration de l’Etat de Droit est une des priorités des nouvelles institutions comme cela a été affirmé à plusieurs reprises par les hauts dirigeants de l’Etat à commencer par le Président de la République. La restauration de l’Etat de Droit passe par un système de justice qui permette aux citoyens de faire valoir leurs droits et de demander réparation, un accès efficace et impartial à la justice, le respect des garanties d'un procès équitable et d'égalité devant la loi et l'adhésion aux principes régissant les droits humains. Les avocats ont le droit et le devoir de contribuer à construire un tel système et nous nous attendons a  des propositions concrètes dans ce sens.

Mais ces assises interviennent également au moment où le système des Nations Unies en général et le PNUD en particulier sont en phase de programmation pour le prochain cycle 2015-2019.

Le PNUD possède une grande expérience et l’expertise nécessaire dans l’appui aux systèmes judiciaires dans beaucoup de pays et a déjà identifié la justice comme un domaine prioritaire pour ses activités à Madagascar. Les propositions issues de ces assises pourront donc servir dans l’identification des appuis futurs que le PNUD et leurs partenaires nationaux pourront accorder au système judiciaire et plus en général à la réforme de la Justice à Madagascar.

Dans l’espoir que cet évènement puisse contribuer au renforcement de l’Etat de droit, je souhaite plein succès aux travaux des assises et je souhaite vivement que vous sortiez de cette rencontre avec des recommandations réalisables permettant de concourir à restaurer l’efficacité, l’impartialité et la crédibilité de la Justice.

Je vous remercie.