Discours de Mme Fatma Samoura, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire BNGRC Antanimora

19 août 2014

  • Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
  • Mesdames et Messieurs les Ministres, Membres du Gouvernement,
  • Monsieur le Chef de région Analamanga,
  • Messieurs les Secrétaires Exécutifs,
  • Monsieur le Président de la Délégation Spéciale d’Antananarivo,
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Ministères et des Institutions Humanitaires,
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Agences du Système des Nations Unies à Madagascar,
  • Messieurs les Représentants du Comité de Pilotage du Sommet Humanitaire Mondial pour la région de l’Afrique de l’Est et Australe,
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs et Représentants du secteur privé,
  • Madame le Directeur Exécutif de la Fondation Telma
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Non Gouvernementales,
  • Mesdames et Messieurs de la presse,
  • Cher(e)s collègues,
  • Honorables invité(e)s,
  • Tompokolahy sy Tompokovavy,

C'est pour moi un honneur et un immense privilège de vous souhaiter, au nom du Système des Nations Unies, au nom de l'Equipe Humanitaire à Madagascar et à mon nom personnel, la bienvenue à cette cérémonie de célébration de la sixième Journée Mondiale de l'Aide Humanitaire.


Cette année, le Secrétaire Général de l'ONU a rappelé dans son message à l’occasion de cette journée mondiale, l'importance qu'il accorde à cette cérémonie en elle-même et à l’abnégation de ceux et celles qui se dévouent pour sauver des vies. 


Je cite ses propos:

« La Journée mondiale de l’aide humanitaire est l’occasion de réaffirmer notre volonté de continuer à apporter les secours qui sauvent des vies, et de penser à tous ceux qui ont donné la leur pour cette noble cause.

L’an dernier, le nombre d’agents humanitaires enlevés, grièvement blessés ou tués a atteint un record. C’est absolument révoltant.

Ces dernières semaines, des dizaines d’humanitaires, dont des membres de la famille des Nations Unies, sont morts au Soudan du Sud et à Gaza. Trop ont été victimes d’attaques délibérées, dont certains n’ont pas réchappé.

Les agents humanitaires et les membres de leur famille sont les plus touchés par ces crimes. Mais des millions d’autres personnes en subissent aussi les conséquences.

Les attaques dirigées contre les travailleurs humanitaires empêchent des gens désespérés de recevoir l’aide dont ils ont besoin pour survivre.

Des enfants ne peuvent être vaccinés. Des malades et des blessés ne peuvent être soignés. Des déplacés et des réfugiés sont laissés sans nourriture, sans eau et sans abri, exposés à la violence, à la maladie et à d’autres fléaux.

En cette Journée mondiale, rendons hommage à l’héroïsme des humanitaires qui bravent le danger pour apporter leur aide à ceux qui en ont besoin.

Saluons leurs sacrifices et pensons aux millions de personnes dont la survie dépend d’eux.

Honorons ceux qui ont péri en protégeant ceux qui poursuivent leur œuvre, et en appuyant les opérations de secours humanitaires partout dans le monde.

Fin de citation.


Au-delà de l'hommage rendu à celles et ceux qui ont perdu leur vie dans le cadre des actions humanitaires, le 19 aout est aussi devenu une occasion de sensibiliser le public et le secteur privé sur les activités humanitaires menées dans le monde et de souligner l’importance que revêt la coopération internationale en la matière.


A Madagascar, les réalisations conjointement menées par le SNU et le secteur privé sont très concluantes. En effet, en 2013-2014 par exemple, les dommages habituellement occasionnés par les situations d’urgence humanitaire ont été minimisés. L’invasion acridienne a été contenue avec plus de 1,2 million d’hectares de surfaces protégées et traitées. Toutefois, le financement des deux prochaines années de campagne de lutte reste une priorité pour le Ministère de l'agriculture, la FAO et ses partenaires et nécessitera encore 10 millions de dollars américains. 35.000 personnes ont reçu une assistance humanitaire après le passage du cyclone Hellen. 422.000 autres personnes en situation d’insécurité alimentaire depuis septembre 2013 ont bénéficié des aides humanitaires jusqu’au mois de juin dernier. Enfin, nous continuons à soutenir les 1.780 personnes qui se sont déplacées dans le district d’Amboasary Sud à cause de l’insécurité. J’espère un retour rapide et durable de ces personnes dans leur village grâce au déploiement d'une sécurité renforcée et pérenne. 


Mais, hormis l’assistance humanitaire proprement dite, nos efforts dans la réduction et la préparation aux catastrophes se trouvent au centre d'un partenariat sans précédent entre le Gouvernement  Malgache, les partenaires étrangers, les Nations Unies, les ONG et le secteur privé. Aujourd’hui encore, dans un contexte où le changement climatique favorise l’intensité des catastrophes  qui surviennent à Madagascar, je voudrais soutenir le plaidoyer pour le renforcement du continuum entre les initiatives de développent et les actions de réduction et de gestion des risques et des catastrophes, mais surtout encourager  plus d’acteurs au niveau des secteurs public et  privé a tenir compte de ce concept dans l'exercice de leurs activités.  Concernant le secteur privé en particulier, au-delà de votre responsabilité en tant que chefs d'entreprises, nous  voulons faire appel  à votre engagement social pour l’humanitaire  dans l'objectif de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations qui ne sont autres que vos cibles, votre clientèle.


Mesdames et Messieurs les Directeurs et Représentant(e)s des différentes sociétés, opérateurs économiques, nous sommes aujourd’hui très fiers de votre présence massive à cette célébration. Permettez-moi de féliciter en particulier la Fondation Telma, en sa qualité de « Meilleur Acteur Humanitaire »25 en 2013 et partenaire officiel de cette Journée Mondiale. L’année passée, le groupe IBL était le premier partenaire officiel de la Journée mondiale de l’aide humanitaire et je suis persuadée que pour les années à venir, la célébration de la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire verra la participation d'un plus grand nombre de partenaires du secteur privé. 


J’ai également  le grand plaisir de vous annoncer aujourd’hui que nos efforts conjoints ont été reconnus mondialement, puisqu’en tant que « Meilleur Acteur Humanitaire 2013 », la Fondation Telma a été choisie pour faire partie du comité de pilotage de préparation du Sommet Mondial Humanitaire qui se tiendra en 2016 en Turquie.  Telma représentera le secteur privé dans toute la région de l'Afrique de l'Est et Australe. Aussi, je vous invite à vous joindre à moi pour souhaiter  à la Fondation Telma courage et plein succès pour la responsabilité qui lui incombe, de porter la voix des entreprises malagasy et celles des pays de l'Afrique de l'Est et Australe toute entière, en Turquie. 


« LE MONDE A BESOIN DE PLUS DE HEROS HUMANITAIRES » : c’est le thème de la célébration de la journée humanitaire de cette année, et j’ose affirmer aujourd’hui que Madagascar a déjà beaucoup de héros humanitaires. La Fondation Telma portera le flambeau de Madagascar en Turquie et nous sommes confiants qu’elle saura rester un exemple de l’engagement humanitaire du secteur privé.  


Mesdames et Messieurs,

Pour terminer, je voudrais attirer votre attention sur l’importance de notre rôle dans la préparation du Sommet Humanitaire Mondial. Il s’agit d’un long processus qui durera près de 18 mois et Madagascar va officiellement lancer ce processus de préparation aujourd'hui  même.  Une première séance de sensibilisation et de consultation se tiendra tout à l’heure dans la salle d'à-coté. Pendant cette séance, les premières idées et propositions pour le sommet seront collectées. Invitée personnellement à participer à la première consultation régionale qui se tiendra à Johannesburg en octobre prochain en présence de Madame Valérie Amos, Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies chargée du Secours d’Urgence et des Affaires Humanitaires, je souhaite pouvoir y défendre la cause de la population malgache et celle des acteurs humanitaires grâce aux solides résultats de nos réflexions de ce jour et des semaines et mois à venir 


Mesdames et Messieurs,

Vive l'aide humanitaire, vive les acteurs humanitaires et vive le partenariat dans l’humanitaire !


Misaotra Tompokolahy ! Misaotra Tompokovavy !