L’UNDAF 2008-2011 et le Programme Intérimaire 2012-2013 ont-ils atteint leurs objectifs stratégiques ?

29 mai 2013

image

Le Système des Nations Unies (SNU) à Madagascar a abrité le 29 mai 2013 à l’hôtel Ibis, sis à Ankorondrano, l’atelier de validation de rapport d’évaluation finale du Plan-cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement (UNDAF) couvrant la période 2008-2011 et le Programme Intérimaire 2012-2013. 

Cette évaluation finale des programmes du Système des Nations Unies a eu pour objectif principal d’analyser les forces et faiblesses des programmes mis en œuvre par les principales agences et organismes du SNU à Madagascar principalement pendant la période 2008-2013.

 « L’évaluation de l’UNDAF permet de déterminer quelle a été la contribution effective du Système des Nations Unies au développement social et économique de Madagascar sur la période, de tirer les leçons et dégager des pistes pour l’amélioration de la mise en œuvre du prochain programme » a indiqué Fatma Samoura, Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies à Madagascar dans son allocution.

Le système des Nations Unies a su s’adapter à la nouvelle situation créée par la crise de 2009 et malgré le retard pris dans le démarrage des programmes, il a réussi à accélérer la mise en œuvre de plusieurs projets. Ainsi  les appuis du SNU ont permis de renforcer les capacités des institutions et organisations bénéficiaires aussi bien au niveau national que régional et local. Il faut également  noter des réalisations dans les secteurs de l’éducation et de la santé qui ont pu maintenir leur potentiel humain et matériel et le développement de la micro finance inclusive dans le cadre du volet réduction de la pauvreté.
En revanche, les principales contraintes qui ont entravé la mise en œuvre de façon plus efficace des actions du SNU sont la crise institutionnelle, le changement fréquent des responsables administratifs et l’insécurité dans le Sud, réduisant parfois les possibilités d’intervention des agences du SNU.  

Par conséquent, on relève certaines insuffisances au niveau du Plan-cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement 2008-2011 et du Programme Intérimaire, notamment, la non réalisation d’actions concrètes au titre de la protection sociale, de la gouvernance locale, la limitation géographique des actions dans le domaine de la réduction de la pauvreté, ce qui explique la faiblesse de la portée stratégique sur le processus de réduction de la vulnérabilité socio-économique pour les groupes vulnérables sur l’ensemble du territoire. Il faut souligner également que les actions prévues pour les institutions démocratiques n’ont pas été réalisés en raison du changement anticonstitutionnel qui a suspendu la plupart des institutions.

Pour sa part, le Secrétaire Général de la Vice-primature chargé de l'économie et de l'industrie, Jean Gabriel Randrianarison a déclaré que les avancées présentées dans le rapport auront été réduites par les effets de la crise socio- politiques. Par ailleurs, Madagascar ne dispose pas encore d’un plan national de développement de référence qui à l’instar de tous les pays, constitue l’instrument de base dans les négociations et les relations avec l’ensemble des partenaires et des organismes d’aide» 

Parmi les recommandations proposées, soulignons la première qui suggère au SNU de procéder lors de son prochain cycle de programmation, à une analyse approfondie des mécanismes déclencheurs de crises  à travers une grille d’analyse intégrant les causes (structurelles et conjoncturelles),  les acteurs engagés et les capacités de restaurer la paix en vue de prévoir les dispositifs et mécanismes de mitigation et d’accompagnement les plus efficaces ;

Au terme de l’atelier, le rapport final de l’évaluation de l’UNDAF 2008-2013 a été validé dans sa globalité sous réserve de l'intégration des amendements proposés dans la  version finale.