Les habitants d'Ankoronga (Tuléar) sont mieux préparés pour faire face aux catastrophes naturelles

10 août 2013

imageLES HABITANTS D'ANKORONGA EVACUENT VERS UN LIEU PLUS SUR

Les habitants du village d’Ankoronga, situé dans la commune rurale de Miary, à 9km de Tulear,  ont effectué pendant deux jours, les 9 et 10 août un exercice de simulation pour pouvoir faire face de manière plus efficace aux situations d’urgence provoquées par les cyclones et les inondations.

Cet exercice a été précédé d’une formation de 3 jours au cours de laquelle les habitants ont développé avec l’appui technique du Bureau de Gestion de Risques et de Catastrophes (BNGRC) un plan de contingence permettant de mieux gérer une éventuelle catastrophe naturelle dans leur commune.  Outre les habitants de la commune de Miary, les acteurs qui interviennent dans la gestion de risques et de catastrophes au niveau de la région de Tulear, ont également bénéficié de la même formation, l’objectif étant de renforcer les capacités des populations locales et des acteurs nationaux dans la préparation et la réponse à une situation d’urgence provoquée par les cyclones et les inondations.

Après trois jours de formation, les participants ont élaboré une matrice de réaction rapide qui répond aux réalités de leur milieu.
« Nous intervenons dans le renforcement des capacités des Institutions en charge de la Réduction de Risques et  de Catastrophes (RRC) et le renforcement de la résilience des communautés de base parce que nous voulons sauver des vies humaines» a déclaré Jonas Mfouatie, Représentant Résident Adjoint du programme du PNUD, au terme de l'exercice.
Ndrasana, 36 ans, cultivateur, reconnait que si lui et ses voisins avaient reçu cette formation avant le passage du dernier cyclone tropical "Haruna" en février 2013, ils auraient pu sauver beaucoup plus de vies et préserver leurs actifs de la destruction. 

Au cours de l’exercice, les communautés ont appris comment déclencher l’alerte, organiser une évacuation et installer les tentes de secours.
« Cet exercice est vital parce qu’il nous permet de tester également la capacité de la coordination nationale et locale à répondre aux catastrophes naturelles» confie le directeur des opérations  de la  BNGRC.
Il convient de noter que lors de l’exercice de simulation, l’alerte a été déclenchée par téléphone au niveau de la région de Tulear qui suivait le mouvement de la population d’Ankoronga et informait par la suite le bureau de BNGRC à Antananarivo.

Tulear bénéficie pour la première fois de ce genre d’exercice car ne faisant pas partie géographiquement des zones les plus exposées aux cyclones et aux inondations.  Cette formation entre dans le cadre de la réponse post-cyclonique du PNUD Madagascar suite au passage du cyclone Haruna qui s’est traduit en février dernier par d'importants dégâts humains et matériels dont 20 personnes décédées, 83 blessées et 40455 déplacées et sans abris.

Le PNUD Madagascar à travers son programme « Appui au renforcement des Capacités des Institutions Nationales en charge de la Réduction des Risques de Catastrophes et Renforcement de la résilience des communautés à la base » apporte chaque année, depuis 2009, son assistance au Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) pour l’organisation des exercices de simulation aux inondations et cyclones.