Atelier de formation des formateurs en prévention de conflits

14 juin 2013

Un atelier de formation des formateurs sur la prévention de conflits s’est tenu les 14 et 15 juin 2013 au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENI-T) sis à Alarobia.

Organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans le cadre du Projet d’Appui au Cycle Electoral 2012-2014 à Madagascar (PACEM), en étroite collaboration avec le Centre d’Information des Nations Unies (CINU), le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) et l’Agence Nationale Taratra (ANTA), cet atelier avait pour objectif principal de permettre à la CENI-T de disposer en son sein d’un pool de formateurs en prévention et gestion de conflits. Ce pool sera chargé à son tour de former le personnel des démembrements de la CENI-T à tous les niveaux. Les thématiques développées ont tourné autour du cycle électoral et ont porté sur les causes sous-jacentes  des conflits et de la violence. La prévention des conflits en période électorale, le rôle des medias dans la prévention des conflits, les droits de l’homme et la prévention des violences électorales ainsi que la prise en compte du genre dans la prévention des conflits en période électorale ont constitué l’ossature de cet atelier destiné aux commissaires et cadres de la CENI-T.

Dans son mot d'ouverture, Simon-Pierre Nanitelamio, Conseiller Technique Principal du Projet d’Appui au Cycle Electoral 2012-2014 à Madagascar (PACEM), qui représentait le PNUD, a souligné la nécessité pour la CENI-T, en tant qu’organe de gestion des élections de doter son personnel des connaissances et outils appropriés à la prévention et la gestion des conflits, afin de lui permettre de pouvoir identifier les indicateurs de conflits et de déclencher à temps les mécanismes d’alerte précoce prévus à cet effet. Il a terminé en insistant que l'importance  de la prévention des conflits, un volet incontournable du  processus électoral à toutes les étapes et notamment eu égard à la situation qui prévaut actuellement dans le pays.

Madame Béatrice Atallah, Présidente de la CENI-T, a également souligné que la thématique développée relative à la « prévention de conflits » venait effectivement à point nommé. La période que traverse actuellement le pays, marquée par la proximité des échéances électorales, est une période  propice aux risques de conflits sociopolitiques, d’où le besoin de disposer d’outils adéquats pour une meilleure compréhension des enjeux qui s’y rattachent et une préparation adéquate pour prévenir et gérer d'éventuels risques sociaux.

La Présidente de la CENI-T a, par ailleurs, rappelé que la tâche de la CENI-T n’est pas facile tout en indiquant que, parfois, des intérêts divergents demandent à être conciliés pour parvenir à l’objectif fixé. Elle a exhorté les participants à suivre activement cette formation en ces termes : « que nous soyons Commissaires électoraux nationaux,  membres du cabinet, responsables au sein de l’exécutif ou simple agent gravitant autour du processus électoral, il est impératif que nos efforts puissent converger vers la réalisation de notre vision commune, à savoir l'organisation d'élections démocratiques, libres et crédibles"

Madame Atallah a par également  invité tous les participants à partager leurs expériences respectives et surtout à acquérir les réflexes de base nécessaires à la gestion des conflits en période électorale. Elle a conclu son discours en rappelant: «qu'un formateur doit en savoir beaucoup pour pouvoir enseigner...».

Une trentaine de personnes ont pu prendre part à cette formation dispensée dans le cadre du programme de renforcement des capacités du personnel de la CENI-T, notamment les commissaires électoraux nationaux, les directeurs des cellules techniques et les chefs de service.