Signature de la convention de financement du Projet d’Appui au Cycle Electoral à Madagascar (PACEM) entre le Japon et le PNUD

14 mars 2013

imagel'ambassadeur du Japon et la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies signent en presence du ministre des finances et de budget la convention de financement du PACEM

L’ambassadeur du Japon, SEM Ryuhei HOSOYA et la Coordinatrice Résidente du Système de Nations Unies et Représentante Résidente du PNUD, Fatma Samoura, ont procédé ce jeudi 14 mars 2013 à 15h00 dans la salle de conférence de la CENI-T à la signature d’une convention de financement d'un montant total de cent un millions de Yen japonais (¥ 101.000.000), équivalant à un million cent mille dollars américains (US$ 1.100.000), destiné à appuyer la mise en œuvre du processus électoral à Madagascar.

Cette contribution, qui sera gérée par le PNUD, couvrira des dépenses liées à divers domaines du processus électoral dont la formation, la sensibilisation, le renforcement des capacités des acteurs du processus électoral, ainsi que l'acquisition du matériel électoral. Ce financement contribuera à réduire le gap du budget électoral établi dans le cadre du Projet d'Appui au Cycle Electoral à Madagascar dont le montant actualisé est estimé à 60.273.904 dollars américains.  
Cette nouvelle contribution s'ajoute à celles de la Norvège, de la Suisse, de l'Union Européenne et du PNUD, lesquelles ont permis de financer l’acquisition des équipements et des documents de vote; les activités de communication, de sensibilisation et d’éducation civique électorale; les activités de formation et les opérations logistiques, ainsi que le coût d’une partie du personnel de l’unité de gestion du projet d’appui au cycle électoral à Madagascar.

Fatma Samoura, Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies et Représentante Résidente du PNUD, a profité de cette occasion pour lancer un appel aux partenaires techniques et financiers afin d’aider Madagascar à sortir de la crise dans laquelle le pays est plongé depuis 2009. « J’invite par ailleurs tous les autres partenaires qui réfléchissent encore sur le meilleur moyen de contribuer au processus de sortie de crise à suivre l’exemple du Japon, de l’Union Européenne, de la Suisse et de la Norvège. Toutes les contributions, quelle que soit la nature ou la modalité d'exécution choisies, sont les bienvenues. L’espoir du peuple malgache, témoin et juge du déroulement du processus électoral, repose dans la tenue de ces élections» a-t-elle déclaré en substance.

L’ambassadeur du Japon a de son côté déclaré qu’à travers sa décision de financement, le Japon, en tant que pays ami fidèle et traditionnel de Madagascar,  affirme son plus vif souhait de voir se tenir des élections libres, crédibles et transparentes afin de permettre à Madagascar de retrouver le chemin de la paix et prospérité et que seule la tenue des élections démocratiques pourrait sortir Madagascar de cette crise, pour le bien-être du peuple malgache.
 
Enfin, le Ministre des Finances et de Budget a remercié le gouvernement du Japon pour sa contribution et espère que cet appui va se poursuivre jusqu'à la date de publication des résultats des élections.
"J'ose espérer que d'autres partenaires viendront nous prêter main forte et nous accompagner à mettre fin à cette crise qui commence à laminer la population" a-t-il conclu.
 
Ce partenariat, qui a été scellé devant les membres du gouvernement malgache ainsi que les différents partenaires techniques et financiers qui accompagnent la mise en œuvre du processus électoral à Madagascar fait suite à la signature du document de projet du PACEM effectuée le 24 octobre 2012 entre le PNUD et le gouvernement Malgache.