Réponses post cyclonique du Système des Nations Unies et ses partenaires

07 mars 2013

imageDISTRIBUTION DES VIVRES AUX VICTIMES DE CYCLONE HARUNA A TULEAR

Sous la conduite de Monsieur Jean Omer Beriziky, Premier Ministre et Chef du Gouvernement d’Union Nationale, une mission conjointe Gouvernement Malagasy, Système des Nations Unies, Cellule de Prévention et de Gestion des Urgences et acteurs humanitaires s’est rendue du 01 au 02 mars à Toliara.

La mission avait pour objectif de faire l’analyse des impacts du passage du cyclone Haruna dans le sud-ouest du Pays, l’assistance fournie et l’identification des besoins et capacités des acteurs sur place à répondre à ces besoins.

Le Système des Nations Unies (SNU) a participé à la séance de travail avec les membres du Gouvernement, en présence des Parlementaires, autorités locales, BNGRC, et du ministre comorien des Affaires Etrangères qui assure la Présidence de la Commission de l’Océan Indien.

Dans son discours, Mme Fatma Samoura, Coordinatrice Résidente, a adressé au nom du SNU, de l’Equipe Humanitaire Pays et en son nom propre ses vœux de réconfort et de soutien affectif et moral à toutes les familles affectées par le passage du cyclone Haruna. Ses pensées en ces douloureuses circonstances vont surtout aux familles éprouvées dans leur chair par la perte de leurs proches dans cette partie de la région Atsimo Andrefana.

Mme Fatma Samoura a par ailleurs fait état des réalisations du SNU et des ONGs Internationales et Mouvements de la Croix Rouge qui font partie de l’Equipe Humanitaire du Pays, depuis le passage du cyclone. En matière de sécurité alimentaire, après une assistance immédiate auprès des populations affectées dans les districts de Tuléar et Morombe, le SNU à travers le Programme Alimentaire Mondial (PAM) continue de venir en aide à près de 14 000 personnes. Afin de permettre le relèvement des populations  affectées, ces distributions de vivres  seront accompagnées de trente jours d’assistance suivant la modalité du programme vivres-contre-actifs à Tuléar I, Tuléar II et Morombe.

En outre, le PAM apporte un appui logistique essentiel aux autres Agences des Nations Unies, ONGs et partenaires humanitaires dans le transfert, le stockage et le dispatch de vivres et autres articles de secours dans les zones de Tuléar et Morombe. Notamment le transport de cargos humanitaires urgents depuis la capitale et depuis Tamatave vers Tuléar, l’acheminement par voie maritime de cargo humanitaire des intervenants de Tuléar vers Morombe, la coordination des distributions ainsi que l’appui aux évaluations dans les communes les plus isolées de Morombe. Le PAM  a également affrété un avion pour plusieurs évaluations et le transport de vivres et autres matériels de secours pour le SNU et les partenaires.

 Un groupe électrogène a été offert à l’hôpital de Tuléar afin d’assurer la continuité des services d’urgence. En outre, sont en cours de distribution 3 000 kits wash, 220 dalles samplat pour servir de latrines provisoires, 9 unités de traitement d’eau pour 90 000 personnes, 5 000 bouteilles de Sûr’eau, 4 000 unités de moustiquaires imprégnées d’insecticide, 23 rouleaux de plastic sheeting pour héberger les personnes déplacées afin de libérer les huit écoles primaires publiques, 7 kits basic d’urgence médicale, 46 kits de reproduction, 2 500 kits d’accouchement, 5 400 de kits de dignité, 50 tentes scolaires et 6 000 kits scolaires.

Dans ses différentes interventions, le Premier Ministre Jean Omer Beriziky a sollicité la solidarité nationale et internationale pour une reprise des activités économiques et de relèvement précoce afin de permettre aux populations sinistrées de reprendre dans les meilleurs délais leurs activités économiques. Il a insisté sur l’importance de porter secours aux populations vivant dans les zones enclavées (communes de Befandriana, Basibasy, Ambahikily et Befandefa). Enfin, le Premier Ministre a demandé à l’ensemble des partenaires techniques et financiers d’être très attentifs au risque de famine dans les zones où la production agricole a été sérieusement affectée par le cyclone Haruna.

Les Ministères techniques, sous la conduite du Premier Ministre, ont remercié le Système des Nations Unies et les acteurs humanitaires pour les actions prises pour soulager la souffrance de la population sinistrée et ont fait un plaidoyer vibrant pour les différents secteurs qui ont été affectés par le cyclone, à savoir l’agriculture, la sécurité alimentaire, les infrastructures, l’éducation, la santé et l’eau et assainissement.

Au second jour, la mission a visité l’EPP de Befanamby, commune Miary, district de Tuléar II, où 133 familles ont trouvé refuge. Le SNU prévoit d’apporter un paquet de réponses dans les différents sites d’hébergement. Cette assistance portera sur l'assistance alimentaire, l’appui à l'accès aux soins, à la santé de reproduction et à la santé maternelle, la fourniture d'eau et l’amélioration des conditions d’hygiène et d'assainissement. 

Au cours de la visite à Befanamby, l’UNFPA a remis au CSBII de Miary 6 Kits de santé reproductive permettant d’effectuer 270 accouchements dans les normes de sécurité, l'OMS a octroyé un kit médical basique d'urgence  qui permet de couvrir gratuitement les besoins des 4 000 personnes qui dépendent du CSB Miary pendant un mois, les interventions de l’UNICEF ciblent directement la communauté où vivent ces personnes déplacées et où des kits wash seront distribués.  

Le secteur Sécurité alimentaire conduira la semaine prochaine une évaluation approfondie de l’impact du cyclone Haruna sur l’agriculture pour mieux estimer les dégâts et les besoins correspondants.

Par ailleurs, le Représentant de la Banque Africaine de Développement (BAD) a annoncé les différents projets de la BAD qui vont démarrer incessamment. La BAD estime qu’il est impératif d’intervenir dans l’immédiat pour colmater la brèche qui s’est ouverte à proximité du pont Fiherenana. Le montant du financement de cette opération s’élève à environ 160 million d’ariary mais l’ampleur des dégâts à cet endroit précis du pont va forcément nécessiter la participation de l’Etat et d’autres bailleurs.

La BAD envisage également d’entreprendre les travaux de la RN9 promise à la population depuis plus de 40 ans et qui va de Tuléar jusqu’à la commune de Befandriana sur une distance de 105 kilomètres pour un montant de 69 millions de dollars américains avec la participation de l’OFID pour un montant de 20 millions de dollars américains. La BAD prévoit également d’intervenir dans le sud-ouest sous le grand chapitre de la sécurité alimentaire. Il s’agit d’un projet de réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles dans quatre périmètres irrigués ainsi que leur protection. Le montant de cette intervention est estimé à 20 millions de dollars américains.

Les interventions du SNU continueront dans le Sud de Madagascar et se focaliseront sur les secteurs humanitaires prioritaires, le relèvement précoce et la réhabilitation des infrastructures sociales et routières.