Le PNUD fait  appel aux Partenaires techniques et financiers 
pour le financement des élections municipales.

04 août 2014

imageArrivée de la Présidente de la CENIT (à gauche) et de la Représentante résidente du PNUD (à droite) à l'atelier sur l'Organe de Gestion des Elections au Ivato

En marge de l’atelier d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques en matière d’administration électorale en vue de la mise en place d’un organe de gestion des élections pérenne à Madagascar organisé au Centre de Conférence International à Ivato par la CENIT avec l’appui logistique et technique du PNUD et de l’Union Européenne, Fatma Samoura, Représentante résidente du PNUD a accordé une interview aux journalistes présents à l’atelier pour parler du financement des élections communales à Madagascar. 

On estime actuellement à près de 11 millions de dollars US le budget nécessaire pour la conduite de ces élections. Pour l’instant, le budget disponible est un peu moins de quatre millions de dollars, financés principalement par le PNUD, le Japon, la COI, la Norvege et la SADC. Une bonne partie de ces financements correspond au reliquat de contributions des bailleurs de fonds du panier commun reçues en 2013. Fatma Samoura a par ailleurs tenu à rappeler que le Projet d’appui au cycle électoral à Madagascar (PACEM) du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) se termine en décembre 2014 et ce reliquat risque de ne plus être exigible à partir de la fin de l’année. 


« Si les élections se tiennent en 2015, il faudra que le financement des partenaires techniques et financiers puissent être étendu et il faudra dans ce cas  demander leur autorisation. » précise la Représentante résidente du PNUD. « Pour moi c’est l’occasion de lancer un appel à tous les bailleurs du PACEM et de la CENIT pour pouvoir encore mettre de l’argent dans le basket fund et conclure ces élections qui sont prévues dans le cadre de la feuille de route. » poursuit-elle.


En appui à la CENIT selon les termes de la feuille de route, le PNUD a déjà commencé à négocier l’extension du financement des élections  par les partenaires financiers de Madagascar, du moins jusqu’à la fin de l’année 2014. L’extension de l’allocation de financement de la SADC attend en particulier la tenue du sommet de la Communauté. L’extension de la réallocation de fonds aux élections communales est en cours d’étude pour le Japon, la Norvege  et de la Commission de l’Océan Indien. Fatma Samoura, Représentante résidente du PNUD précise que même si on arrive à sécuriser les fonds de ces bailleurs, il faudra encore rechercher sept à huit millions de dollars US pour combler le gap de financement des élections communales à Madagascar.


Selon l’article 36 de la feuille de route, la SADC, l’Union Africaine, les Nations Unies, l’OIF, la COI et plus largement tous les partenaires concernés se sont engagés à apporter leur soutien politique, technique, matériel, logistique et financier au processus électoral pour assurer une transition sans heurt débouchant sur des élections crédibles, libres, justes et transparentes.


Béatrice Atallah, Présidente de la CENIT pour sa part a précisé dans son discours lors de  l’atelier d’Ivato ce jour que  la préparation des élections législatives partielles du  29 août 2014 était en cours. « Par contre, la CENI-T ne peut se prononcer sur un quelconque chronogramme des communales qu’après promulgation de la loi sur les élections communales qui sera la base de notre nouvel échéancier et l’adoption des textes sur la décentralisation qui définiront les découpages territoriaux. » a -t-elle annoncé.