La CENIT lance les réflexions sur la mise en place 
d’un organe de gestion des élections à Madagascar

04 août 2014

imagePhoto de groupe des participants à l'atelier

La Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENI-T) avec l’appui logistique et technique du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) et de l’Union Européenne (EU) tient à partir de ce jour au Centre de conférence Internationale à Ivato, un atelier d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques de l’Administration électorale en vue de l’établissement d’un organe pérenne de gestion des élections de la Quatrième République à Madagascar. Tous les commissaires nationaux électoraux, l’équipe de l’unité de gestion du Projet d’Appui au Cycle Electoral à Madagascar (PACEM) du PNUD, les experts du Projet d’Appui à la Crédibilité et la Transparence des élections à Madagascar (PACTE) et du Réseau des Compétences Electorales Francophones (RECEF) y exploreront durant trois jours les voies et moyens de mettre en place un organisme de gestion des élections fiable, crédible, consensuel, professionnel et surtout efficace à Madagascar.


« Nous voulons que Madagascar dispose d’un Organe de Gestion des élections (OGE) indépendant, stable, performant et reconnu internationalement. Nous avons tous les atouts pour y parvenir, ainsi que la volonté de le faire. (…) La CENI-T, soutenue par le PACEM et les Partenaires Techniques et Financiers internationaux a atteint un niveau de performance qui a été salué par nos confrères. J'ose espérer qu’il en sera de même pour toutes les élections future» a déclaré Béatrice Atallah, Présidente de la CENIT lors de son allocution d'ouverture dudit atelier. 


« Nous sommes convaincus que le système électoral malgache est encore perfectible » a pour sa part affirmé Fatma Samoura, Représentante Résidente du PNUD au nom des partenaires d’appui au processus électoral à Madagascar. Elle a par ailleurs rappelé que la manière dont les organes de gestion des élections sont institutionnalisés, constitués, dirigés et dotés  en ressources matérielles et financières restent une préoccupation importante. «Le degré de performance des organes de gestion des élections, leur contribution à une participation citoyenne de qualité, ainsi que les moyens de financer le processus électoral sont autant de points essentiels à discuter » a -t-elle précisé tout en réitérant la disponibilité des partenaires d’appui au processus électoral à Madagascar, dont le PNUD, à apporter leur appui,  leurs connaissances et leurs compétences pour enrichir les échanges lors des trois jours d'atelier de réflexion dont les résultats permettront au gouvernement de Madagascar de mettre en place  un organe chargé de la gestion des élections pérenne et de permettre au pays d’organiser des élections crédibles et inclusives.


Durant les trois prochains jours, la CENIT et ses partenaires analyseront non seulement les performances de l'Administration électorale à Madagascar du temps où le  Ministère de l’Intérieur en assumait la charge, en passant par la gestion électorale sous l'égide du Conseil National Electoral et enfin celle assurée par la CENI puis la CENIT. Ils travailleront également sur les bonnes pratiques électorales dans d’autres pays, notamment  anglo saxons, de l’Afrique de l’Ouest et plus précisément du Mali, le volet « Opérations électorales », les relations des organes de gestion des élections avec les différentes parties prenantes, enfin  l’organisation et le fonctionnement de ces entités.


Cet atelier permettra  ainsi à la CENIT de préparer dans les meilleures conditions possibles le passage vers une nouvelle forme d’OGE répondant aux critères de retour à l’ordre constitutionnel actuel, aux besoins du pays et au contexte spécifique de Madagascar.