Une stratégie nationale plus efficace contre le VIH et le SIDA

01 déc. 2013

imagesignature de la charte d'engagement pour la lutte contre le vih/sida

Même si le taux de prévalence du VIH et du Sida reste très bas -sous la barre de 1 %-, selon une étude finalisée au mois de mai 2013 par le Secrétariat Exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida (SE-CNLS) avec l’appui du PNUD, Madagascar fait actuellement face à une épidémie concentrée du VIH/SIDA.
Quelque 178 communes ont été identifiées comme étant fortement vulnérables face aux IST et au VIH. Selon les données de l’enquête de surveillance biologique du VIH de 2010, la prévalence du VIH est à 0,09 chez les femmes enceintes âgées de 15 ans ou plus, taux relativement plus faible que la moyenne nationale. En revanche, la prévalence du VIH est de l’ordre de 14,7 % en 2010 chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes.
« Les études que nous avons réalisées avec l’appui de nos partenaires nous ont permis de cerner la situation à Madagascar pour mieux adapter la stratégie. Si auparavant, nous avons focalisé nos actions sur une stratégie de masse pour un renforcement de la prise de conscience et les dépistages volontaires auprès des services médicaux, la stratégie 2013-2017 vise à concentrer les actions sur les populations-clé les plus exposées aux risques dans les zones de forte vulnérabilité », explique Dr Andry Rakotomanana, chef d’unité coordination et appui technique auprès du SE-CNLS.
L’élaboration du nouveau plan stratégique national sur la riposte au VIH et au SIDA à Madagascar pour 2013 à 2017 a été effective grâce à l’appui du PNUD. « Notre contribution à la réponse au VIH touche les aspects liés à la gouvernance et au respect des droits humains », précise Deleau Razafimanantsoa, assistant du représentant résidant et point focal VIH et du SIDA du PNUD. Grâce au soutien du forum des partenaires et du comité technique multisectoriel sous la responsabilité du SE/CNLS, il a été possible d’assurer une coordination stratégique et opérationnelle nationale et de renforcer la gestion au niveau régional du problème du VIH. Tous les départements ministériels-clé disposent actuellement d’un point focal VIH/Sida formé et la majorité a intégré la lutte contre le VIH dans son plan d’action; plus de 130.000 fonctionnaires de l’État malgache en sont bénéficiaires. Depuis le début de l’année, le SE/CNLS avec l’appui du PNUD travaille sur ce programme dans 6 régions dont Vakinakaratra, Haute Matsiatra, Ihorombe, VatovavyFitovinany, Sofia et Sava et 35 communes assez vulnérables pour mériter un suivi opérationnel local face au VIH et la mise en place d’un paquet de réponsesintégrées face au VIH. Ce suivi inclut les mesures de prévention et de prise en charge avec la collaboration de comité local de lutte contre le SIDA. Le SE/CNLS avec l’appui du PNUD collabore également avec le réseau « Fikambanana MIarony Zon’ny Rehetra » (FIMIZORE) dans la campagne de lutte contre le VIH/Sida.
Un audit organisationnel du réseau a été effectué pour l’appuyer à coordonner ses interventions auprès des professionnels du sexe. Grâce à son réseau, l’accompagnement des professionnels du sexe a pu être amélioré. Une base de données des associations œuvrant pour et auprès des professionnels du sexe est désormais disponible. « Nous sommes maintenant présents dans dix régions de Madagascar et notamment à Diana, BoenyAnalanjirofo, Atsinanana, Vakinakaratra, Analamanga, AtsimoAndrefana, Haute Matsiatra, Ihorombe, Ihosy. Notre réseau travaille non seulement dans la sensibilisation des professionnels du sexe sur la prise en charge et le suivi de leur statut, mais aussi en matière de plaidoyer pour le respect de leurs droits et la lutte contre la discrimination » explique BalouRasoanaivo, transsexuel, présidente du réseau FIMIZORE.
Enfin, le PNUD soutient le SE/CNLS dans la redynamisation de son site web et la diffusion des bulletins épidémiologiques semestriels. Lancée il y a 3 mois, la nouvelle interface du site web du Secrétariat Exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida -
http://www.aidsmada.mg enregistrait à la fin du mois de juillet 2013 plus de 25 000 visiteurs.