Les Libertés publiques, le maintien de l’ordre et la protection des Droits de l’homme en période électorale au centre d'un atelier organisé à l’intention des membres des Forces de l’ordre et de sécurité malgaches.

08 oct. 2013

Une soixantaine d'éléments de Force de l'Ordre et de sécurité malgaches issus de l'armée, de la gendarmerie nationale, de la police nationale, venant des 22 régions de Madagascar, participent depuis ce matin à un atelier de sensibilisation et d'information sur les Libertés publiques, le maintien de l’ordre et la protection des Droits de l’homme en période électorale à l'hôtel Carlton Anosy, du 08 au 10 octobre 2013.

L'atelier est organisé conjointement  par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers le Projet d'Appui au Cycle Electoral à Madagascar (PACEM), l'Office du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme (OHCDH), le Centre des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) et la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENI-T).

A la cérémonie d'ouverture officielle de cet atelier, à laquelle ont participé des membres du gouvernement malgache, des membres du corps diplomatique et des membres de la CENI-T, Fatma Samoura, Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies  a loué l'engagement du gouvernement malgache, à travers ses diverses  institutions et des responsables civils et militaires malagasy à mobiliser les ressources internes pour réussir les élections. Elle a soutenu à l’occasion que « les Forces de l’Ordre et de Sécurité ont un rôle à jouer maintenant et auront davantage un rôle important à jouer dans les jours et semaines à venir en matière de maintien de l’ordre, du respect des droits de l'homme et de préservation des libertés individuelles et collectives mais aussi des biens publics et privés pour une sécurisation effective du processus électoral ».

Dans son allocution d’ouverture, Béatrice Atallah, Présidente de la CENIT a présenté les défis du processus actuel. Elle a souligné que « nous avons besoin de protéger l’intégrité  du processus électoral dans son ensemble dans le respect des droits et de la dignité attachés à l’homme et aux institutions». Elle a ainsi déclaré que « l’élection par laquelle nous allons être éprouvées puisse servir de bon exemple pour les pays frères qui nous regardent en ce moment. Une issue pacifique sera à l’honneur de tout un chacun. Le contraire serait préjudiciable à notre image ».

Durant trois jours, la soixantaine de participants des Forces de l’Ordre et de sécurité  à cet atelier se concentreront sur les aspects juridique et opérationnel du processus électoral et les instruments internationaux des droits de l’Homme ratifiés par Madagascar, avec un accent  particulier sur les droits civils et politiques, les dispositions constitutionnelles, juridiques et réglementaires malgaches protégeant les libertés publiques  , le maintien de l’ordre et la gestion des foules en période électorale dans un échange d’informations et d’expériences respectives dans ces domaines. A l’issue de l’atelier, il est attendu que ces éléments des Forces de l’Ordre et  de sécurité soient mieux outillés pour sécuriser le déroulement des élections dans un climat apaisé et  respectueux des droits et des libertés.