Vue d'ensemble

Lutte contre le VIH/SIDA à Madagascar

Avec 1/95, la prévalence du VIH/SIDA est encore relativement faible à Madagascar, l’existence des comportements à risque et de facteurs de vulnérabilité fait néanmoins craindre une explosion de pandémie.D’ailleurs, la propagation du VIH s’est faite suivant un rythme exponentiel depuis la fin des années 80 après la première détection du virus dans le pays en 1987. En 1990, un malgache sur 5000 était séropositif pour s’établir à un ratio de 1/9 en 2003. La stigmatisation et l’exclusion des personnes vivant avec le VIH/SIDA, de même que leur accès aux soins posent des problèmes de prise en charge dans toutes ses dimensions.voir

Nos objectifs

Pour lutter contre cette maladie, le défi est de prendre en compte la dimension multisectorielle du mal par une responsabilisation accrue des ministères sectoriels dans la planification, la mise en œuvre et le suivi des différents aspects du VIH/SIDA, d’assurer la décentralisation de la réponse au VIH/SIDA, de responsabiliser les collectivités territoriales dans l’identification des questions clés liées au VIH/SIDA, puis de faire le suivi de la mise en œuvre des solutions retenues.voir

image
Défis de la lutte contre le sida

La faible utilisation des préservatifs compte parmi les problèmes prioritaires à résoudre en matière de lutte contre le VIH SIDA. Seuls 13,7% des hommes de 15 à 49 ans ayant plus d’un partenaire sexuel utilisent le condom. 7,4% ont déclaré avoir utilisé les préservatifs lors du dernier rapport sexuel. 65% des HSH utilisent des préservatifs