Lutte contre la pauvreté à Diana et Sakatia, le PNUD offre des matériels de plongée sous-marine


REMISE DES MATÉRIELS DE PLONGÉE SOUS-MARINE A SAKATIA

Dans le souci d’accroître la capacité des communautés locales à gérer de manière durable et harmonieuse les ressources naturelles de leurs localités et à les utiliser de manière rentable et cohérente, la Représentante Résidente du PNUD, Fatma Samoura a  procédé à la remise officielle le 01 juin 2012 des matériels et équipements de plongée sous-marine à la Direction Régionale de l’Environnement et de Foret (DREF) de DIANA. Montant total de ces équipements : 25 000  dollars américain…

Apres avoir remarqué, il y a 7 ans, que la survie de la population de la région de DIANA (signifie quoi ?) dont les principales activités sont la pêche et l'écotourisme est menacée, le PNUD, le Ministère de l’Environnement et des Forêts (MEF) et le Madagascar National Parks (MNP)  avec la participation de la communauté locale de base, se sont donnés la main pour assurer la Gestion Durable des Ressources Naturelles et la conservation de la biodiversité dans et autour des Aires Protégées à travers le projet PEIII (explication de PII).   En effet, L’environnement des populations de la région de DIANA était menacé par la surpêche,  qui a endommagé les poissons et a provoqué une dégradation des récifs coralliens sur la partie platier récifal à cause de la pêche à pied et des engins de pêche non conformes (nasse, bâtons, tiges, harpons).

Néanmoins, grâce aux mesures de gestion établies par le programme environnement PIII et les efforts  de conservation de la biodiversité déployés par le Madagascar National Parks, cet environnement a repris sa couleur.

La régulation des accès aux ressources dans les zones autour des Aires Protégées et un bon ciblage de la valorisation de la biodiversité et des ressources naturelles de ces sites ont permis aux communautés locales de base de mettre en valeur leurs ressources qui contribuent à l’amélioration de leur vie. Ainsi, les matériels pour la plongée en apnée octroyés à la DREF DIANA constituent un appui de plus pour  permettre aux communautés locales de base non seulement de faire le suivi écologique des récifs et ressources marines dans cette zone mais également améliorer leurs conditions de vie.

Tout en soulignant la valeur de l’ensemble du matériel remis à cette occasion, Fatma Samoura a tenu à préciser l’attente première du PNUD  par rapport aux populations locales : « Notre premier objectif est de garantir l’utilisation efficiente des ressources pour le bien-être de la population malgache ». Une attente qui semble avoir été bien perçue par la   DREF DIANA qui par le canal de son Directeur a d’abord exprimé sa gratitude  envers les Nations Unies qui  malgré la crise qui prévaut à Madagascar, n’ont pas cessé de  financer le développement durable en matière d’environnement sans oublier l’économie de savoir  qui va perdurer au sein de la région.  Avant de donner l’assurance que «  lorsque le PNUD partira, les connaissances resteront ici chez nous ». L’un des aspects importants du caractère pratique de ces dons est le renforcement de la base de données hébergée au niveau de la DREF DIANA. Le PNUD appuie d’ailleurs le fonctionnement de cette  base de données dont l’objectif est de collecter toutes les informations et données (documents, ouvrages multimédia) concernant la gestion durable des ressources naturelles afin de les rendre accessibles aux utilisateurs potentiels les chercheurs, les techniciens, les acteurs dans le domaine de l’environnement et du développement, les étudiants et voire même les touristes, en quête d’une meilleure connaissance de la région et de sa biodiversité.  Fait important relevé par Antinone, chargée de la base des données auprès de la DREF Diana : « Les plongeurs vont faire le suivi écologique, les résultats de recherche seront ajoutés dans la base des données » a-t-elle souligné.  Tout en précisant que « cette base de données est très importante car les données ne sont pas collectées seulement à partir des  documents scientifiques mais également à partir des connaissances traditionnelles ».

Quant à Radison Jean Claude, un des plongeurs qui a d’ailleurs eu à suivre la formation à la plongée sous-marine aux fins de poursuivre cette activité de suivi écologique, il a estimé que cette dotation vient à point nommé. « Les résultats de suivi  que nous allons récolter grâce à ces matériels de plongée sous-marine, seront partagés avec la population pour qu’elle puisse savoir quelles sont les réalités de nos ressources afin  qu’elles soient sensibilisées pour une meilleure gestion de nos ressources naturelles », a-t-il confié.

Contrairement à la DREF DIANA,  les matériels de plongée sous-marine offert au CLB  RASIS de Nosy Be seront  loués aux touristes qui veulent faire la plongée sous-marine et va constituer une source de revenus pour la communauté de Sakatia.  Judice, 19 ans, guide touristique de CLB RASIS estime que cet appui va contribuer à la lutte contre la pauvreté et spécialement la réduction de l’exposition des filles livrées à la prostitution  ou au tourisme sexuel fréquents dans sa région. « Depuis que je travaille comme guide touristique, les visiteurs me regardent différemment  que quand je travaillais comme masseuse à la plage », nous a-t-elle confié.

Dr  Landy Soambola Amélie, océanographe et professeur à l’université de Antsiranana, a renchéri pour sa part  en relevant le fait que ces équipements répondent réellement aux besoins de la communauté de Diana. « La côte de Madagascar, spécialement la partie nord est la moins étudiée or sans le suivi écologique, le milieu marin est exposé. La maîtrise du milieu marin  du point de vue écologique rassure même la capture des poissons», a-t-elle expliqué avant d’ajouter que « les résultats de recherche  des plongeurs vont inciter les autorités à prendre des nouvelles mesures qui vont aider protéger l’environnement et à améliorer la vie de la population locale ».

L’appui au PE III par le GEF/PNUD contribue pour sa troisième phase à renforcer la gestion durable des ressources naturelles dans les zones d’appui aux aires protégées ou zones périphériques élargies des Aires Protégées. Il se rassure que les  modes de gestion durable des ressources renouvelables et de conservation de la biodiversité sont adoptés et appropriés  par les populations des zones. Une approche adoptée contribuant  à cette gestion durable est le transfert de gestion des ressources naturelles aux communautés, à travers la GELOSE (Gestion Locale Sécurisée) et/ou la GCF (Gestion Contractualisée des Forêts). A n’en point douter ces dons faits en matériels et équipements de plongée sous-marine respectivement à la Communauté Locale de Base (CLB)  RASIS de Nosy Be et à la Direction Régionale de l’Environnement et des Forêts (DREF) de DIANA à Diégo vont y contribuer grandement.

 

Single content feature
Title

This is a single content feature right rail component, can be used to feature publications or have a right box to highlight other type of content.  The text and image can link to a different item than the more link.

More link