Projet de mise en œuvre des actions prioritaires issues des préoccupations des jeunes à Madagascar

Contexte et objectifs

Madagascar est un pays à forte proportion de jeunes. 53,8% des malgaches ont moins de 20 ans et les moins de 35 ans représentent environ 70% de la population. La culture malgache considère cependant les jeunes n’ayant pas encore leur autonomie de vie comme étant des enfants placés sous la protection des parents, donc ne disposant pas de capacité d’analyse, ni de pouvoir de prise de décision. De ce fait, les jeunes ne sont pas consultés ni même invités lors des grandes discussions concernant l’avenir du pays.

Au cours de ces dernières années cependant, les jeunes commencent à prendre des initiatives à travers les différentes associations telles que les scouts, les jeunes chambres économiques….

On constate que de plus en plus d’actions sont développées par les structures rattachées au Ministère en charge de la jeunesse (Institut National de la Jeunesse, Conseil National, conseils régionaux et communaux de la Jeunesse, …). Par ailleurs, les diverses agences du  Système des Nations Unies à Madagascar considèrent aujourd’hui les jeunes comme des partenaires à part entière dans les actions de mobilisation et de sensibilisation pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Ainsi sont nés le réseau des jeunes pour les OMD, les Clubs pour l’ONU et le Junior Reporters Club. Ces structures servent d’interface à la participation des jeunes dans les espaces de discussions concernant les problèmes rencontrés à leur niveau et les propositions  de solutions. Il s’agit également de nouvelles approches pour l’implication des jeunes  dans le processus de développement à tous les niveaux. Par ailleurs, d’autres initiatives émergentes qui convergent dans la même vision comme le DATA ou le « Liberty 32 » sont soutenues par d’autres partenaires.

Au niveau du PNUD, la mise en œuvre du projet Gouvernance par le mobile a permis de mesurer le niveau d’engagement des jeunes et leur volonté certaine de contribuer au processus de développement du pays.  

Ainsi, avec l’Institut National de la jeunesse, sous la supervision du Ministère en charge de la jeunesse, on a cherché à valoriser les acquis et les expériences en matière d’appui à la structuration et à la participation des jeunes.

L’objectif de ce projet consiste ainsi à renforcer les capacités des jeunes pour qu’ils puissent mieux s’exprimer et exercer leurs rôles d’auteurs et d’acteurs d’une transformation sociale, de régulation et de contrôle des actions de développement.

Résultats attendus

Il est attendu de ce projet que :

  • les jeunes femmes et jeunes hommes, ruraux et urbains, valides ou vivant avec un handicap, en bonne santé ou vivant avec le VIH/SIDA, scolarisés ou non, en chômage ou en recherche d’emploi… puissent exprimer librement leurs préoccupations majeures notamment concernant leurs droits civils, politiques, économiques,
  • les actions prioritaires issues de la stratégie et le plan d’actions visant à adresser lesdites préoccupations soient mises en œuvre et pérennisés dans les zones d’intervention du PNUD ;
  • et que les activités liées et en réponse aux principales préoccupations soient réalisées.

Le projet est innovant dans la mesure où il va à l’encontre de la gérontocratie qui est la base de la gestion des communautés malgaches de base en donnant aux jeunes l’opportunité de s’exprimer sur ses inquiétudes et d’acquérir puis de renforcer une culture du dialogue.

En aidant les jeunes à s’exprimer, on les aide à structurer leurs pensées, à avoir une vision et à devenir proactifs. Ce qui, à terme, pourrait faire rajeunir substantivement la composition des acteurs dans la gouvernance démocratique à Madagascar et faire changer les comportements vers de meilleures pratiques démocratiques.

Aussi, il s’agira notamment d’inverser les tendances laissées par la génération antérieure et qui ont entrainé le pays dans une spirale de crises socio politiques cycliques. Aujourd’hui, les pouvoirs publics ainsi que les partenaires techniques et financiers sont d’accord pour constater que les jeunes ont leur rôle à jouer dans la gestion publique, aussi bien nationale que locale, vers une stabilité politique.

Le projet pourra donc contribuer aux résultats clés en matière de gouvernance démocratique en renforçant la participation inclusive et le soutien des partenaires nationaux dans la mise en œuvre de pratiques de gouvernance démocratique fondées sur le respect des droits humains, sur l’égalité entre hommes et femmes et sur la lutte contre la corruption…

En outre, cela permettra aux jeunes de mieux se pencher sur les principes de gouvernance, sur les OMD, sur les moyens de subsistance durables, sur la gestion durable de l’environnement et le changement climatique etc. qui vont leur permettre d’avoir une vision globale et systémique de leur quotidien, et partant, d’élaborer de nouvelles stratégies pour le développement du pays.

Défis et stratégie du projet



Le projet s’inscrit dans la mise en œuvre de la vision et des objectifs définis dans la Politique Nationale de la Jeunesse, notamment celui de «  rendre les jeunes capables de jouir et d’exercer pleinement leurs droits et d’assurer leurs devoirs » et contribue à l’atteinte de l’effet de l’UNDAF intérimaire 2012-2013 prolongé en 2014 « les médias, les organisations de la société civile (OSC), le secteur privé contribuent à la promotion et à la défense des droits à l’information, à l’expression et à la participation ».

Pour atteindre les objectifs fixés, le projet adopte comme stratégie :

  • La redynamisation des Centres d’Animation et de Promotion de la Jeunesse, communément appelés « Maisons des Jeunes » pour faciliter l’appropriation et la pérennisation des actions issues de la stratégie visant à adresser les préoccupations des jeunes dans les zones d’intervention du PNUD,
  • La vulgarisation des actions prioritaires issues des préoccupations des jeunes jusque dans les communes d’intervention (Bemanonga, Beroboka Nord et Morondava pour la région du Menabe, Milenake, Saint-Augustin, Toliara et Marolinta pour la région Atsimo Andrefana, Antaritarika  et Ambondro pour la région Androy, Sarisambo pour la région Anosy, Ambila et Mananjary pour la région Vatovavy Fitovinany, Marofasa, Vohilengo et Tangainony pour la région Atsimo Atsinanana) dans le cadre d’une approche de développement communautaire intégrée ,
  • Le suivi des engagements des partenaires pour la réalisation des actions prioritaires issues des principales préoccupations des jeunes,
  • Le suivi de la complémentarité et de l’articulation avec les autres actions et initiatives entreprises par les autres projets et programmes appuyés par le PNUD dans le domaine comme la sensibilisation aux droits et devoirs civiques par le biais du programme Droits, devoirs et cohésion sociale (DDCS) , la formation professionnelle et l’alphabétisation avec le programme Moyens de subsistance durable et lutte contre la pauvreté  (MSDLCP), l’accès à la micro finance avec le projet Appui à la finance inclusive à Madagascar (PAFIM) etc.

APERCU DU PROJET
Statut/Période
Actif/2012-2014
Budget 2014
USD 192 606
Budget 2013
USD 533 419
Couverture géographique
Zones d'intervention du PNUD
Partenaires
Ministère en charge de la jeunesse, Comité interministériel de la jeunesse, Réseaux des Jeunes, UNFPA, UNICEF
Point focal
Mme Deleau Razafimanantsoa (Assistante au Représentant résident)
Liens utiles sur le projet
Mise en oeuvre des préoccupations des jeunes

Voir ici les réalisations du projet

A télécharger