Projet d’Appui au Cycle Electoral 2012 – 2014 à Madagascar

A propos du projet

Le PNUD et les partenaires au développement participant au projet d’appui au cycle électoral à Madagascar visent à apporter une assistance au renforcement des capacités des principaux acteurs du processus électoral afin de leur permettre de conduire de manière efficiente et pérenne des processus électoraux libres, transparents, crédibles et inclusifs, conformément aux standards internationaux. Cette assistance, technique et financière,  s’inscrit dans le cadre d’un cycle électoral englobant les phases préélectorales, électorales et postélectorales.

Voir les détails des objectifs et des défis du programme

Principaux résultats atteints à ce jour

a. Recrutement du personnel
Le projet compte une équipe de 38 personnes : un Conseiller Technique Principal, deux experts en formation et en admistration et finances en détachement du bureau du PNUD/RDC, un expert en informatique, un spécialiste en genre et élections, un spécialiste en communication et reporting, un spécialiste en acquisitions, un spécialiste en formation et éducation civique, un spécialiste en prévention et gestion de conflits, onze logisticiens déployés dans les régions, trois assistantes administratives et 15 chauffeurs.  Les experts en logistique et opérations électorales ont été déployés aux chefs-lieux des provinces et couvrent les 22 régions de Madagascar. Ces experts  disposent d’une longue expérience en matière de conduite des opérations électorales pour pouvoir appuyer la CENI-T.

b. Mise en place d´un Centre National de Traitement des Données Informatiques (CNTDI)
La Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENI-T) a été dotée d’un centre de traitement des données informatiques (CNTDI) mis en réseau à l’aide des équipements CISCO acquis par le projet. Le projet a pris en charge les travaux de réhabilitation du bâtiment et du réseau électrique et informatique du CNTDI. Ledit centre est opérationnel depuis la fin du mois d’avril 2013.

Les centres de traitement informatiques des données au niveau des 119 districts (CID) ont bénéficié d’équipements et du matériel (123 serveurs, 53 groupes électrogènes de 10 KVA, 22 imprimantes TALLY) permettant ainsi la saisie des données exactes du fichier électoral grâce à un logiciel adapté  qui a été développé avec l’appui de l’expert en informatique du projet.

Le PACEM a appuyé cette activité d’une part en dotant les Centres de traitement d’Information Régionaux (CIR) d’imprimantes matricielles de haute qualité et en fournissant 1.200.000 packs de listing nécessaire à l’opération. Dans la stratégie globale de traitement des données électorales, les Centres Informatiques de Districts (CID) et les Centres Informatiques Régionaux (CIR) sont des dispositifs de proximité essentiels de la CENI-T répartis sur l’ensemble du territoire national.

Un logiciel  qui comprend le Système intégré de la gestion des élections à Madagascar (SIGEM) informatique spécialisé dans le traitement de la liste électorale et des cartes d’électeurs a été développé.

c. Appui aux opérations logistiques et électorales au niveau national
Dans la nécessité d’appuyer les opérations électorales dans toutes les régions du pays,  le PACEM a initialement déployé onze (11) spécialistes en logistique auprès des démembrements territoriaux de la CENI-T. Ces spécialistes électoraux en collaboration avec leurs homologues des démembrements se rendent dans les districts, communes et Fokontany pour évaluer les besoins électoraux. Ils ont contribué à la production de la liste de l’emplacement des bureaux de vote et procédé à l’évaluation des différents défis logistiques des districts et produit un plan de distribution du matériel électoral cohérent et rationnel pour chaque région, district et commune.

d. Renforcement des capacités et appui au personnel électoral
Le PACEM a apporté son appui aux opérations de révision systématique de la liste électorale et à la préparation des élections présidentielles et législatives. Plusieurs supports didactiques ont été imprimés dans le cadre de la tenue des formations de renforcement des capacités aussi bien du personnel de la CENI-T qu’au profit des acteurs intervenant dans le processus d’appui au cycle électoral de Madagascar. Des supports de formation ont été élaborés et ont servi pour le renforcement des capacités du personnel permanent de la CENI-T et de son personnel opérationnel. Il s’agit de:

  • Un guide des procédures de la révision systématique de la liste électorale ;
  • un manuel de formation des démembrements territoriaux de la CENI-T ;
  • un manuel des agents recenseurs ;
  • un guide de procédure de traitement informatique ;
  • Un manuel en 1100 exemplaire du guide à l’usage des membres de bureau de vote destiné aux membres de l’organe de vérification et d’enregistrement des candidatures (OVEC) ;
  • Un manuel en 165 390 exemplaires et Impression de3 973 000 badges à l’intention des membres de bureau de Vote ;
  • un recueil en 5000 exemplaires des textes législatifs et réglementaires relatifs aux élections de sortie de crise à Madagascar.

 Le projet a formé 22 commissaires électoraux nationaux, 05 membres du cabinet, 80 agents du Secrétariat Exécutif National, 22 Présidents des Commissions Electorales Nationales Régionales, 220 membres des Commissions Electorales Régionales, 238 membres des Commissions Electorales des Districts et Responsable de la Section des Opérations Electorales, 119 chefs de District, 714 membres des Commissions Electorales du District, 1551 Présidents des Commissions Electorales Communales, 1551 Chefs d'Arrondissement Administratif, 9306 membres des Commissions Electorales Communales ;18 596 agents électoraux ; 23 063 agents recenseurs et 18 596 chefs Fokontany.

e. Activités de communication et de sensibilisation pour la participation citoyenne

  • Le PACEM a recruté un consultant pour élaborer une stratégie de communication de la CENIT. Il a également appuyé la production et la dissémination des supports de communication destinés à informer et à sensibiliser la population malgache sur les questions liées au processus électoral.
  • Le projet tient régulièrement les réunions avec les partenaires techniques et financiers impliqués dans le processus électoral (réunion du comité de pilotage et comité technique) 
  • Des supports audiovisuels  ont été produits et diffusés. Il s’agit de :

1. Un spot TV sur la consultation de la liste électorale «je consulte»;

2. Une chanson « Ma voix compte ».

D’autres supports audiovisuels ont été développés, validés et sont en cours de finalisation :

  •  Un spot TV « je m’informe » sur la participation au vote, les dates importantes du calendrier électoral, les pièces d’identités à se munir le jour du scrutin, etc
  • Spot TV "je vote" sur la simulation de vote 1er tour de l’élection présidentielle et usage du bulletin unique
  • Sketch "Comportement à tenir pendant la période électorale"

 Le projet a recruté deux graphistes pour soutenir les activités de la  CENI-T dans le cadre de la conception des supports imprimés dédiés à l’éducation citoyenne. Des affiches et brochures de sensibilisation sur les enjeux du processus électoral en particulier sur l’apaisement au vote ont été produites:

1. Affiche  « Circuit Electoral » ;

2. Brochure « Bon à savoir sur les Elections » ;

3. Affiche « la simulation de vote 1er tour » ;

4. Affiche « Apaisement au vote ».

Le projet assiste régulièrement aux réunions de Concertation des OSCs travaillant pour la sensibilisation en collaboration avec la CENI-T. 

f. Promotion du genre dans le cadre du processus électoral
Le PACEM en partenariat avec le Conseil National de Femmes de Madagascar (CNFM) et la CENI-T a organisé des activités dans le cadre de la promotion de l’égalité des hommes et des femmes :

  • Un point de presse a été tenu le 03 juin pour lancer les activités de sensibilisations ;
  • Un atelier d’échange a été organisé le 04 juin des candidats à l’élection présidentielle sur l’égalité hommes-femmes ;
  • des visites de plaidoyer auprès des candidats à l’élection présidentielle pour l’inclusion de l’approche genre dans leurs programmes électoraux et la présence de femmes dans les listes de candidats de leurs partis politiques pour les élections législatives.

 En collaboration avec la FPOI, la CENI-T et UNFPA, le PACEM a lancé depuis le 07 août les ateliers de validation de la stratégie « genre et élections » :

  • Une formation des formateurs de la FPOI a eu lieu du 12 au 14 août à Antananarivo ;
  • Six ateliers de validation de la stratégie « genre et élections » ont été organisés pour les potentielles femmes candidates aux élections communales dans les provinces d’Antananarivo, de Fianarantsoa, de Tuléar, de Tamatave, de Majunga et d’Antsiranana.

g. Prévention des conflits et renforcement du dialogue entre les acteurs nationaux
L’instauration d’un climat apaisé pendant la période électorale et  le renforcement du dialogue est un des axes essentiel d’intervention du PACEM. Ce programme vise à renforcer  le dialogue entre les différents acteurs du processus électoral en vue de créer les conditions les plus adéquates pour la prévention des violences électorales. Plusieurs activités ont été organisées en partenariat avec la CENI-T et EISA :

  • une formation de formateurs du14 au15 juin sur la prévention et de gestion des conflits à l’intention du personnel de la CENI-T. Cette formation avait pour but de créer un pool de formateur en prévention et gestion des conflits dans la planification et la mise en œuvre du processus électoral;
  • Une série de 15 formations à l’intention des panelistes en médiation et alerte précoce dans sept sites (Antananarivo, Antsirabe, Fianarantsoa, Toliara, Fort Dauphin, Tamatave, Majunga et Antsiranana). cette série de formations était destinée à 476 médiateurs issus de la société civile dans 119 districts, à raison de 4 médiateurs par district ;
  • La mise en place des comites locaux d’alerte précoce est a la phase de l’identification des zones pilotes dans les districts de : Ihosy, Betroka, Midongy Atsimo, Tsihombe, Beloha, Betioky, Iakoro, Vondrozo, et Ambovombe. Ces structures seront greffées sur les comités locaux de gestion des risques et catastrophes et autres associations communautaires existantes notamment celles mises en place pour l’alerte à la famine/sécheresse et les cliniques juridiques. Les comités d’alerte précoce vont travailler en étroite collaboration avec les autorités locales, la police, la gendarmerie, les autorités traditionnelles et religieuses, les médiateurs communautaires ou toute autre organisation, structure ou personnes ayant les capacités de réponse, dans le cadre du dialogue afin de résoudre les conflits et favoriser la cohésion sociale.

h. Acquisitions relatives aux matériels électoraux
La mise en œuvre du plan d’achat a suivi les procédures de compétition internationale conduite par la centrale d’achat du PNUD basée à Copenhague, Danemark.

  • L’essentiel des matériels électoraux prévus pour le 1er tour du scrutin présidentiel ont été commandés et livrés à Antananarivo (3 000 urnes 1er tour, 22 000 kits de votes, 1 200 000 liasses de papier listing, 24 000 flacons d'encre indélébile (1er tour), 9 000 000 cartes d'électeurs et 20,000 pièces de tissus isoloirs).
  • La livraison de certains matériels pour le 2e tour de la présidentielle et les élections législatives a été effectuée dès le mois d’août 2013 à Antananarivo.
  • Les équipements informatiques et autres matériels électoraux ont été déployés respectivement au niveau des districts et des régions conformément au calendrier électoral préétabli

Le dispositif  logistique de la CENIT a été renforcé par un appui en équipements  de manutention à l’entrepôt central de la CENI-T, à savoir un chariot élévateur et de deux  transpalettes. Un échange permanent d’expérience est établi entre les spécialistes du PACEM et les techniciens de la CENIT pour le suivi des plans de déploiement.

Financement



L’enveloppe globale du projet s’élève à USD 60 millions pour l'ensemble  du processus électoral. Les partenaires techniques et financiers de Madagascar contribuent à hauteur de USD 26 millions répartis comme suit : PNUD (15%), Union Européenne (68%), Norvège (4,5%) Suisse (0,8%), Japon (4%), et Commission de l’Océan Indien (4%). Le gouvernement prend en charge USD 34 millions alloués en grande partie au fonctionnement  de la CENI-T.

Pays / Institution

Engagements

(en monnaie d’origine)

Equivalent en USD
PNUD USD      4 000 000 4 000 000
Union Européenne Euro    13 300 000 17 600 675
Norvège NOK       6 500 000  1 145 374
Suisse Franc Suisse          200 000 209 268
Japon Yen  101 000 000 1 050 224
Commission de l’Océan Indien (COI) USD       1 000 000 1 000 000
Total 25 105 542
Aperçu du projet
Statut
Actif
Date de début du projet
Octobre 2012
Date estimée de clôture du projet
31 Décembre 2014
Budget 2013
11.332.508 USD
Couverture géographique
Tout le territoire
Domaine d'intervention
Gouvernance
 
Chargé du projet
SIMON-PIERRE NANITELAMIO, Conseiller Technique Principal
Partenaire de mise en œuvre
Gouvernement
Partie responsable
Commission Electorale Indépendante pour la Transition (CENI-T)
Partenaires techniques et financiers
PNUD, Union Européenne, Commission de l’Océan Indien, Suisse, Norvège, Japon République de la Corée
Les documents sur le projet
Fiche de projet PACEM

Voir ici la fiche du projet et les liens aux différents plans de travail

Télécharger les plans de travail
Download the Single Donor Procurement Grants (Contribution Agreement N°IFS-RRM-2012-306-067)
  • SDPG