6 Réduire la mortalité infantile

Où nous en sommes?



Selon les données des dernières enquêtes démographiques et de santé, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué au cours des 10 dernières années. Toutefois, des disparités existent entre les régions, entre le milieu rural et le milieu urbain, entre les riches et les pauvres. Le niveau de mortalité infanto-juvénile varie de 106 pour mille pour les enfants des ménages les plus pauvres à 48 pour mille pour ceux des ménages les plus riches.

La région Vatovavy Fitovinany enregistre le niveau de mortalité le plus élevé. Le risque de décéder entre la naissance et l’âge de 5 ans y est estimé à 188 pour mille contre un minimum de 41 pour mille dans la région de Bongolava.

PNUD travaille à Madagascar

Nos recommandations

  • Mettre en œuvre la décentralisation effective en donnant aux services de santé décentralisés et aux directions régionales de la santé le pouvoir de prendre de décisions à leur niveau pour une meilleure appropriation des interventions.
  • Renforcer la mise en œuvre et la couverture des interventions de routine de qualité par la répartition équitable des ressources humaines, financières et matérielles en faveur des niveaux de mise en œuvre des interventions porteuses à financer progressivement sur le budget national.
  • Mettre en œuvre la politique de la santé communautaire et passer à l’échelle les activités de prise en charge intégrée des maladies de l’enfant communautaires dans les zones enclavées
  • Rendre fonctionnel le fonds d’équité au niveau des formations sanitaires publiques pour prendre en charge les enfants les plus démunis.
  • Renforcer le suivi et la supervision des interventions mises en œuvre

1.18 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans
    • La mortalité infantile est en baisse, mais pas assez pour atteindre la cible.
    • Raviver les efforts pour lutter contre la pneumonie et la diarrhée, tout en améliorant la nutrition, pourrait sauver des millions d’enfants.
    • Des succès récents dans le contrôle de la rougeole risquent d’être de courte durée si les fonds continuent à manquer.