6 Assurer l’éducation primaire pour tous

Où en sommes-nous?


© PNUD MADAGASCAR

En 2008, les tendances ont montré que Madagascar était sur la bonne voie d'atteindre l'OMD2, la crise dans laquelle elle s'enlise montre qu'il est peu probable que cet objectif sera atteint. Néanmoins, la résolution de celle-ci, notamment la mobilisation de ressources importantes pour l'éducation pourra amener le pays à s'en rapprocher. 

Les progrès dans l’universalisation de l’éducation primaire sont faibles, le taux net de scolarisation du primaire a peu progressé, de 71% en 1997 à 74% en 2010. Toutefois, les filles accèdent, comme les garçons de leurs âges, plus facilement à l’enseignement de base. 

Le PNUD travaille à Madagascar

Nos recommandations

Un financement minimum est nécessaire pour préserver le système éducatif des risques d'abandons dans l'enseignement primaire qui remettraient en cause les résultats enregistrés par Madagascar dans le cadre du Plan d'action Education pour tous 2012.

  • Préserver les acquis laborieusement construits dans le secteur de l'éducation fondamentale depuis le lancement du plan EPT en 2005 et qui permettaient en 2007 d'estimer que Madagascar était en voie d'atteindre l'OMD 2
  • Le financement du plan d'actions 2010-2012 requiert 25% des ressources internes consacrées à l'éducation et 70% du budget de l'éducation à consacrer à l'enseignement fondamental.
  • Avoir un plan d'action convenu facilitera les progrès dans de nombreux domaines où l'action a été difficile depuis le début de la crise.

1.34 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires
    • L’espoir pour une éducation universelle d’ici 2015 diminue, malgré le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrès énormes.
    • L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud abritent la grande majorité des enfants non scolarisés.
    • Les inégalités freinent les avancées vers l’éducation universelle.